Tchape

Intervention de TCHAPE à la Convention sur les armes Conventionnelles ( CCW) 15 session (30 août au 8 septembre 2006)

Monsieur le Président,

TCHAD AGIR POUR L’ENVIRONNEMENT est heureux que les Nations Unies aient réussi à faire une convention sur les mines, car ces engins touchent le plus souvent des personnes qui ne sont pas concernées par les problématiques de la guerre.
Ce sont le plus souvent des enfants et des femmes dans les zones de cultures maraîchères, les rizières et dans les pâturages. C'est pourquoi TCHAPE appuie la demande des Nations-Unies à tous les pays, de se faire remettre les cartes des zones minées, ceci afin d’éviter les souffrances des personnes concernées.

TCHAPE félicite les Etats signataires du protocole de la convention sur les mines et encourage ceux qui ne l’ont pas encore fait, de le signer.
TCHAD AGIR POUR L’ENVIRONNEMENT, tient à exprimer sa satisfaction face à l’heureuse initiative du CICR de mettre à la disposition du grand publique le texte de la Convention, à laquelle sont annexés plusieurs protocoles y relatifs sur l’interdiction ou la limitation de l’emploi de certaines armes. Cela a été une initiative très importante. Les belligérants et les Etats sont ainsi informés de leurs obligations vis-à-vis de leurs populations civiles, dans le cas de conflits armés internes ou des habitants des pays étrangers, en cas de guerre ou de conflits interétatiques. La valeur de cette initiative tient surtout à la responsabilisation des protagonistes, entité gouvernementale ou pas. Depuis le début de cette semaine et durant la 15ème session du CCW, les uns et les autres s’attèlent à la mise à jour d’un ‘’ Instrument International’’ dont l’application par tous les Etats contribuera à l’assainissement de l’environnement des pays ravagés par les conflits armés, dont les séquelles continuent de tuer, au delà de la cessation des hostilités.

Monsieur le Président, les incidences sont aussi économiques et écologiques. Peu importe les types ou les dénominations techniques attribuées à ces engins, les effets de pollution sont pareils et contribuent à la dégradation de l’écosystème.
TCHAD AGIR POUR L’ENVIRONNEMENT appuie sans réserve, les dernier points relatifs à la mise en place d’un instrument juridique contraignant, pouvant engager la responsabilité pénale de tous les usagers de ces engins de la mort. Nous demandons également que les personnes victimes des ces engins de mort soient indemnisées. Surtout afin de dissuader une fois pour toutes, tous ceux qui ne les ont pas encore utilisés. Je termine, Monsieur le Président, en attirant l’attention de l’Assemblée sur leparagraphe 4 de l’article 2 du Protocole III, en suggérant l’interdiction formelle par le Protocole V, en cours d’élaboration, de recourir aux attaques par moyens d’armes incendiaires, sur les forêts et autres types de couvertures végétales, sous prétexte, souvent évoqué par les Etats, que ces éléments naturels sont utilisés pour dissimuler l’ennemi. Mais malheureusement l’expérience a maintes fois prouvé que ce sont des refuges de fortune pour les populations civiles, qui, traquées, attendent la première occasion pour passer la frontière. De ce fait, de telles attaques contredisent l’application des Conventions et Protocoles de Genève, auxquels nous sommes tous attachés.
Merci Monsieur le Président,
Submit to Facebook

AUTRES
MUSIQUE AUDIO

PopUp MP3 Player (New Window)
PUBLICITÉ